Petit Cours d’Emmerdologie #1

Bienvenue à tous.

Aujourd’hui, nous avons le plaisir d’accueillir parmi nous un éminent chercheur, le professeur Benoît-Kevin Emdéhert, titulaire d’un Doctorat en Emmerdologie

et d’une Agrégation d’Étude des Trucs qui font Chier. L’emmerdologie, pour ceux qui ne connaîtraient pas ce terme, est une science passionnante consistant en l’observation et l’étude des aléas les plus divers qui font de la vie une longue succession d’événements plus ou moins pète-burnes. De la cuillère qui fait sans prévenir de la natation dans votre assiette de flageolets au connard de devant qui ne veut pas se ranger pour vous laisser doubler, en passant par l’étiquette du code-barre qui se déchire et reste à moitié collée, la brique de lait vide qu’un sinistre crétin a remis au frigo et le Lego qui traîne par terre en pleine nuit alors que vous avez perdu vos pantoufles, le Pr. Emdéhert est passé maître dans l’analyse de ces phénomènes.

Bien que son champ de compétences soit plus vaste, il a décidé de se spécialiser dans les jeux en ligne, et tout particulièrement dans Call of Duty qui est une véritable mine d’or dans ce domaine. C’est pourquoi M. Emdéhert a aimablement accepté de partager avec nous ses connaissance emmerdologiques en ce qui concerne le mode Zombie. Aujourd’hui, nous parleront des autres joueurs en Zombie Online, avec ce top 10 concocté par le professeur.

Petit Cours d’Emmerdologie #1

Par le professeur Benoît-Kevin Emdéhert.

Aujourd’hui : les autres joueurs.

1) Les mecs en doubles-manettes AFK.

C’est un cas d’emmerdement très fréquent qu’on rencontre exclusivement dans les salons d’avant-partie. Rappelons que pour qu’une partie débute, il est nécessaire qu’au moins trois joueurs aient indiqué qu’ils sont « prêt ». Or, le début de partie en question est bien entendu impossible si une double-manette dans le salon se trouve AFK. M. Emdéhert, qui a également suivi une formation d’arithmétique, nous fait une rapide démonstration :

Soit 4 le nombre de joueurs présents dans le salon

Soit 3 le nombre de joueurs « prêts » nécessaire pour commencer la partie

Soit 2 le nombre de joueurs représentés par la double-manette (M. Emdéhert est décidément un mathématicien émérite.) 

4 – 2 = 2 joueurs prêts

2 prêts < 3 joueurs nécessaires

= PAS DE PARTIE. 

 Dans l’immense majorité des cas, les autres joueurs du salon sont donc dans l’obligation d’aller s’en chercher un autre sous peine d’attendre dans celui-ci indéfiniment.

La raison de l’existence de ces doubles-manettes est encore mystérieuse. Selon certaines études, plusieurs hypothèses sont envisageables :

 → Les joueurs de la double-manette sont des individus de sexes opposés ou de même sexe dans un état d’excitation intense, ils ont donc décidés d’aller s’amuser un coup en attendant de trouver des coéquipiers. Il ne reviendront qu’après avoir vidées leurs glandes hormonales et d’autres parties de leur anatomie que nous ne citerons pas ici.

→ Les deux joueurs sont à la recherche de coéquipiers depuis deux heures et quarante-sept minutes. Au moment où vous vous connectez, ils dorment profondément l’un sur l’autre en ronflant.

→ Les deux joueurs n’ont jamais joué en Zombie de leur vie. Ils ont trouvé un boîtier de Call of Duty : Black Ops 2 et son CD intact dans une benne à ordure où le Dylan du coin l’avait rageusement jeté après l’échec de sa tentative de Nucléaire au couteau balistique sur Standoff. Après avoir lancé le jeu et rejoint un salon d’avant-partie Zombie, ils ont posé leurs manettes et ont attendu que la game se lance d’elle-même. Ils sont toujours en train d’attendre à l’heure où vous lisez ces lignes.

Bref, si vous tombez un jour sur deux pseudos identiques dont l’un est suivi d’une petit « (2) », ayez le réflexe de quitter. Vous gagnerez du temps.

L'éternelle question.

2) Les mecs qui changent d’avis.

Ceux-là sont fortiches : ils vous donnent des envies de meurtre quelques secondes à peine après le début de la partie. Imaginez : vous êtes tout content, vous avez réussi à trouver un salon bien rempli, sans double-manette, tout le monde a fait « prêt », vous n’avez pas eu de problème de connexion. Quand soudain, au beau milieu de la première manche, voir même dès les premières secondes de jeu, surgit le message fatidique, en bas à gauche de votre ATH : « Xx_dylanzombikilleur93_xX a quitté la partie ».

Bien évidemment, cela ne met pas le jeu en péril puisqu’il est tout a fait possible de poursuivre la partie avec un joueur en moins. Néanmoins, il est souvent éminemment chiant de constater que les gens sont incapables d’avoir assez de décence pour rester au moins quelques manches avant de quitter. Ne serait-ce que pour donner l’impression d’avoir eu un imprévu, quoi, merde.

Là encore, plusieurs hypothèses sont émises quant à l’existence de ce type de joueur :

→ Le joueur concerné est également dans un état d’excitation intense, son partenaire de sexe opposé ou du même sexe l’a convaincu de laisser tomber sa partie pour s’amuser un coup.

→ Le Dylan dont nous parlions plus haut a reçu un nouvel exemplaire de Black Ops II pour son anniversaire, qu’il fête en compagnie de tous ses copains de cinquième et un grand de quatrième que sa maman l’a autorisé à inviter. Alors que la partie commence, tout le monde est appelé pour le goûter. Dylan quitte donc et va manger son gâteau.

→ Le joueur n’a jamais joué en Zombie. Alors qu’il fait Start pour changer sa sensibilité, il se trompe de menu et sélectionne « quitter la partie ».

Oups.

3) Les mecs près de leurs sous.

Bienvenue au pays de Picsou, version Zombie. Ces joueurs se caractérisent par une seule chose : leur obsession des points… enfin, surtout leurs points à eux. Le professeur Emdéhert nous révèle que dans 94,8 % des cas, ces individus sont facilement repérable à leur attitude :

→ Refus catégorique de payer le moindre obstacle. Qu’il s’agisse de sortir du spawn, d’accéder à l’électricité, à Mastodonte ou quoi que ce soit d’autre, ces gens se contenteront de donner des coups de couteau rageurs aux portes et aux débris au lieu de s’en occuper, même si vous avez tout payé jusque là ou qu’ils sont trois fois plus riches que vous. Dans les cas les plus extrêmes, il se peut même qu’ils exigent de vous que vous dépensiez vos points même si vous n’en avez pas assez (ceci est une expérience vécue par le professeur.)

→ Meurtre compulsif de tous les zombies de la manche, y compris les vôtres. Attention : il ne s’agit pas ici d’affirmer qu’il y a des zombies « à vous » et des zombies « aux autres ». Cependant, il est entendu que chaque joueur doit pouvoir disposer d’une quantité décente de points pour pouvoir envisager de passer aux choses sérieuses, ce qui n’est pas possible si tous les points sont engrangés par la même personne. Vous suivez ? Notre obsédé du flouze aura donc tendance à tirer sur tout ce qui bouge sans vous laisser la moindre occasion de rentabiliser vos balles. Pour certains d’entre eux, ils viendront même à l’endroit où vous tournez et attendront que vous ayez amassé suffisamment de zombies pour tous les tuer à votre place.

Le conseil du professeur Emdéhert pour faire face à cette situation : quand le joueur tombera, occupez-vous d’un maximum de zombies avant de le réanimer. Voir même, laissez-le disparaître et profitez au moins de la manche pour combler le vide de votre porte-monnaie. Ça aura au moins le mérite de leur montrer ce que c’est d’être mal équipé dans les hautes manches.

Just goin' to kill some zombies...

4) Les mecs qui veulent passer sur la PCC.

Nous avons affaire ici à de sympathiques jeunes gens aspirant au titre de troll ultime. Bien souvent toutefois, ils sont au trolling ce que Mathilde Serrell est à la chronique high-tech : de superbes incompétents doublés d’une certitude illusoire de leur propre drôlitude. Le professeur Emdéhert a retrouvé dans ses papiers un document dressant quelques statistiques à leur sujet :

40 % – Profil de type Dylan : ce dernier a fini le collège à 15 heures vu que la prof de SVT n’était pas là, il est donc rentré chez lui avec deux ou trois copains pour trolé les gen dan blakops 2 zombi. Après qu’un joueur a quitté la partie, ennuyé par ses tentatives répétées de le pousser dans la lave, il déclare tout fier de lui qu’il va enregistrer la vidéo en mode Studio pour l’envoyer à la Play Comedy Club. Avec un peu de chance, il aura une bonne place entre le dernier best-of rageux sur Ghosts et la compil’ des meilleurs stunts de GTA V Online. Sans réponse de la chaîne pendant cinq semaines, il s’en désabonnera, mettra un pouce rouge sur toutes ses vidéos et ira retenter le Nucléaire au couteau balistique sur Standoff.

35 % – Profil de type Kevin frustré : le professeur Emdéhert, puisant dans ses connaissances en psychologie callofdutienne, nous explique que n’ayant jamais réussi à assimiler les règles essentielles du Zombie, ces joueurs reportent leur rancœur du jeu sur leurs coéquipiers afin de les entraîner avec eux dans leur échec. En général, ils lanceront une partie, feront tout leur possible pour la faire capoter, puis une fois cela fait, éteindront leur console et retourneront devant Game of Throne en marmonnant que de toute façon, Call of Duty, c’est pour les kikoos.

25 % – Profil de type kéké de la street : ces personnes, atteintes d’un grave complexe d’infériorité, cherchent à se procurer des sensations de caïds chauds-patate en s’excitant tout seuls derrière leur manette. Le professeur Emdéhert, en contact avec un responsable du département Jeux en ligne de la CIA, précise que près de 15 % du total des ondes sonores circulant à travers les réseaux microphone de Black Ops II entrent dans la catégories des « provocations wesh maggle ». Les extraits qu’on a pu écouter sont édifiants : « Azi, comment y casse les couilles à faire toutes les Caisses, azi ranafout’ j’le bloque, tiens j’te bloque efdépé va ! » « ‘Garde, ‘gard’gard comment j’vais l’troller, azi t’as vu ? » « Aaah quoi, quoi-quoi-quoi, t’veux passer, c’est ça ? Hein ? T’veux passer ? BAH TU PASSES PAS, ahaaah, azi niq’ta mère, tiens t’es mort, j’te rivaïve pas BÈÏTCH ! » Au final, à force de faire les malins et selon une étude entreprise par le professeur Emdéhert pour une de ses nombreuses thèses, près de 67 % d’entre eux finissent par se payer de magnifiques fails par leur propre faute. Et, en effet, ils passeront sur la Play Comedy Club, à leurs dépens.

Just got killed...

5) Les mecs qui s’en branlent de Masto.

Ce type de joueur est du genre à mourir un nombre incalculable de fois pendant une partie. Pourquoi ? C’est très simple. La première fois qu’il tombera à terre et que vous ne pourrez pas le réanimer, son premier réflexe à la manche suivante sera d’aller faire des Caisses, et non pas d’aller chercher Mastodonte. C’est un réflexe très con. Pourquoi ? C’est très simple. Avec Mastodonte mais sans arme, il est toujours possible de tourner et de se faire quelques points, grâce auxquels vous pourrez vous payer une arme au mur que vous utiliserez pour vous faire les points nécessaire à la Caisse. En revanche, sans Mastodonte, vous pourrez avoir l’arme que vous voulez, il suffira d’un zombie que vous n’aviez pas vu, d’un groupe un peu trop nombreux pour pouvoir le retenir grâce à votre seule puissance de feu, et c’en est une nouvelle fois fini de vous. Simple ? C’est très pourquoi. À moins d’avoir une chance de cocu, vous ne tomberez pas dès votre première tentative sur une arme assez puissante pour garder le moindre mort-vivant à distance pendant toute la manche. Très ? C’est pourquoi simple. Ils seront trop nombreux, trop résistants, trop rapides. Iouqruop ? Elpmis sèrt tse’c. C’est dans la logique du jeu. Pourquoi ? C’est très… mais vous sortez d’où, putain ?

Les causes d’un comportement aussi stupide sont encore très floues, et on peut seulement, pour le moment, se contenter de suppositions :

→ C’est un joueur de 2008 qui a glissé sur une faille spatio-temporelle. Du coup, il n’est pas au courant de l’existence des Atouts.

→ Dylan, qui a encore foiré son Nucléaire et s’est réabonné à la PCC parce que bon voilà, veut enregistrer une vidéo Zombie only Mystery Box pour la leur envoyer. Il mourra sans arrêt à partir de la manche 12, mais comme il a tenu toute les manches 10 et 11 sans Masto, il tentera quand même le coup. Après dix-huit jours sans réponse de la chaîne, il s’en désabonnera de nouveau, postera des messages d’insultes à la grammaire cancéreuse sur quelques vidéos, puis ira chercher « bo2 médaile nukléair bots parti privés glitch » sur Google.

→ Le joueur qui n’a jamais joué en Zombie de sa vie est un ami de la personne en état d’excitation intense de tout-à-l’heure. Au moment où ce dernier va expliquer au néophyte le fonctionnement des Atouts, son partenaire de sexe opposé ou de même sexe l’entraîne dans la salle de bain pour s’amuser un peu, laissant son copain dans l’ignorance de l’existence de Mastodonte.

Pauvre Mastodonte.

6) Les mecs qui jouent dans une dimension parallèle.

Eux sont le cauchemar des joueurs essayant de jouer avec un minimum de stratégie. Il vous est sans doute déjà arrivé de tomber sur ce type de coéquipier, celui qui joue comme il a envie, où il a envie, sans se soucier le moins du monde de votre avis, et vous envoie vous faire foutre in game si vous n’êtes pas d’accord. Imaginez : Vous êtes tranquille dans un coin, ou alors vous faites tourner peinardement vos zombies sans embêter personne, et voilà-t-y pas qu’il se ramène sans raison avec trente morts-vivants aux trousses, ce qui, en plus de désorganiser votre tas, vous met considérablement en danger tandis que l’autre se barre de son côté en entonnant « Trololo » à pleine voix. Si l’on peut être indulgent avec ceux qui ont simplement eu un imprévu dans leur propre rotation, comme ça arrive à tout le monde, il est légitime de perdre patience avec les joueurs qui recommencent ça plusieurs fois par manches, tout au long de la partie.

Le professeur Emdéhert a émis plusieurs hypothèses à leur sujet :

→ Il s’agit tout simplement des tentatives de troll de Dylan ou du kéké évoqué plus haut.

→ C’est encore le mec qui s’est pris une faille spatio-temporelle. Cette fois, il a basculé sur un autre plan dimensionnel, ce qui fait que les autres joueurs sont invisibles à ses yeux. Du coup, il fait ce qu’il veut sans se rendre compte à quel point il casse les couilles.

→ C’est un membre de l’équipe de Treyarch, qui teste vos capacités à vous sortir des situations le plus désespérées. Si vous l’impressionnez, il vous contactera par MP pour vous proposer un poste dans l’équipe du prochain Zombie en tant que level developer.

(On déconne, c’est pas vrai, mais si vous y pensez, ça vous motivera pour en mettre plein les mirettes à cet enfoiré.)

Ça, pour eux, c’est vous.

7) Les mecs qui vous choisissent comme ami pour la vie.

Ceux-là, ce sont les gens qui souffrent d’une telle solitude que tous les moyens sont bons pour se faire des amis. Même dans Call of. Selon une enquête menée par le professeur Emdéhert l’année dernière, près de 34 % des insultes proférées en Zombie sont destinées à ce type de joueur qu’on a tous déjà croisé à un moment où un autre : celui qui vous suit, partout, tout le temps, quelle que soit la situation ou le nombre de coups de couteaux que vous lui adressez pour lui intimer de foutre le camp. Il vous tourne autour, vous poursuit même quand vous rushez sans interruption, vient se coincer avec vous dans les culs-de-sac et y restera même si vous êtes débordés par la horde.

Plusieurs possibilités :

→ Encore une fois, c’est Dylan. Il vous suit juste dans le but de sauter sur la première occasion de troll.

→ C’est un débutant du Zombie. Il essaye de rester sous votre protection parce qu’il a oublié où se trouve la boîte et qu’on pouvait racheter des munitions sur les murs.

→ C’est encore la faille spatio-temporelle qui fait des siennes. En fait, ce n’est pas un autre joueur mais vous-même, une empreinte de votre personnage restée quelques secondes dans le passé. Normal que cette empreinte vous suive partout. Taaaaan, taaan taaan taaaaan, TAN-TAN-TAN TAN TAN TAAAAAN (musique de Retour vers le Futur.)

Nom de Zeus, Marty !

8) Les artificiers du dimanche.

Nous avons ici affaire à un joueur redoutable. Redoutable dans le mauvais sens, bien entendu. Si vous avez le malheur de tomber sur lui, vous vous en apercevrez très vite grâce à la multitude d’explosions, de détonations et de déflagrations en tout genres qui ne tarderont pas à retentir à la fréquence d’environ 50 par minute. Nous allons laisser le professeur Whoa, un excellent ami du professeur Emdéhert, vous en parler plus en profondeur.

Pr Whoa : « Merci. Alors, pour faire bref, il s’agit d’un joueur qui semble déterminé, et ce au plus au point, à passer sa partie entière à manier toutes les armes explosives qui passent entre ses mains. Cela inclut notamment les grenades, les lance-grenades et les lance-roquettes, mais également Mustang & Sally, l’arbalète et le Charognard. De manière générale, ce type de joueur n’est pas dérangé par le fait de tourner au même endroit que vous, et se contrefiche totalement de savoir s’il vous gêne ou non. Il est assez fréquent qu’il prenne un malin plaisir à viser vos tas de zombies, ou du moins dans votre direction, parce qu’il est vrai que c’est tellement plus cool de tourner au milieu des goules quand la fumée vous masque la vue et que les rampants engendrés vous gnaquent les mollets.

« Selon une étude récente, il semble que ces joueurs soient systématiquement victimes d’un bug regrettable, qui modifie le contenu des messages que vous lui envoyez. Par exemple, si vous vous arrêtez entre deux manches pour lui écrire « stop roquettes plz », le message PSN qui lui parviendra sera le suivant : « vas-y continue j’adore ça c trop cool 😀 😀 😀 ». Cela explique que lui demander d’arrêter n’ait aucun effet, en fait c’est pas leur faute, m’voyez. »

Merci, professeur Korhosif. Le professeur Emdéhert, quant à lui, a mené une petite enquête au sujet des motivations de ces joueurs, et voici ce qu’il en ressort :

→ Dylan, toujours lui. Tout en vous expédiant semtex, frags, carreaux d’arbalète, il est déjà en train de réfléchir au titre de sa vidéo : « trole sur zombi tranzite au explosifs », ou peut-être « je trole sur bo2 zombis a la grenades ». Ou encore « commen tué quel’qun au lance rockette sur bo2 zombi mdr like si tu aime et abone toi 😀 », il ne sait pas encore.

→ C’est juste qu’il kiffe les lance-patates, ça fait trop badass quand tu balances une grenade en plein dans les zomb’s, tu vois. Par contre, il se fout complètement de votre jeu à vous.

→ Alors cette fois c’est pas une faille spatio-temporelle, mais carrément toute la putain de structure quantique de l’Univers qui s’est déchirée, conduisant à un entrelacement du continuum inter-dimensionnel. Du coup, des gens venus de réalités alternatives se sont retrouvé dans le notre. En l’occurrence, il s’agit de Vincenzo Santorini, l’expert en explosif d’Atlantide, l’Empire Perdu, qui s’est retrouvé soudainement face aux hordes de créatures affamées et se réjouit de pouvoir faire tout péter.

Le professeur précise que cette dernière hypothèse est la plus probable, mais que ses confrères d’emmerdologie ne l’ont jamais prise au sérieux. Il poursuit néanmoins ses travaux sur la question et a bon espoir de pouvoir démontrer sa véracité sous peu.

Ma qué, des zombies ?

9) Les mecs qui veulent la suite

Vous avez tous connu ce type de joueur : c’est celui qui tue systématiquement le rampant que vous avez sciemment laissé en fin de manche, histoire de pouvoir faire vos petites affaires tranquille. La situation est énervante au plus haut point. Selon le professeur Emdéhert, 94 % des personnes interrogées avouent qu’entendre un coup de feu suivi d’un changement de manche alors qu’ils sont en train de faire des Caisses leur donne des envies d’émasculation immédiate du coupable, et 52 % souhaitent le rétablissement de la peine de mort pour ces individus sans scrupules.

Parmi les pistes envisagées par le professeur au sujet de ces détestables personnes, on trouve :

→ Dylan. Il a dit à un copain de classe qu’il allait faire une partie à plus de 100 manches cet après-midi, mais il ne doit pas traîner parce que la prof d’espagnol a déplacé un cours de 17 à 18, donc il faut qu’il y aille à 16h30 et il est déjà 15h. Du coup, il ne veut pas perdre de temps et refuse d’épargner un rampant pour quelque chose d’aussi futile que d’aller remplacer son arme ou bien reprendre des munitions. Il envisage également de mettre la vidéo en guise de présentation pour sa toute nouvelle chaîne YouTube, « >DyL4n94_Ov3rG4mInG< », vu que son troll à la grenade a encore été refusé par la PCC et que son message d’insulte est resté sans réponse, ce qui prouve bien qu’il a raison et que ces sales bâtards de putes qui puent ont juste peur de lui.

→ Le mec joue agenouillé dans son salon, en débardeur noir, pantalon treillis camouflage type forêt, rangers boots achetées dans les surplus de l’armée, bandana de fortune autour du crâne et une vaste collection de boissons énergisantes, d’amphétamines et de drogues dures à portée de main, juste à côté de sa tente militaire montée au beau milieu de la pièce – laquelle est par ailleurs remplie de consoles radio, de cartes topographiques de sa région, de matériel adaptée à la survie en milieu hostile et d’armes automatiques de divers calibres prêtes à l’emploi. Si sa console ne freeze jamais, c’est parce que même elle a peur de lui. Il est chaud patate, mon gars, il hurle des insultes à sa télé chaque fois qu’il tue un zombie, célèbre chaque fin de manche avec une grande gorgée de Red Bull ou une pleine injection de Clérégil directement dans la carotide, et une ou deux veines d’une délicate teinte violacée palpitent doucement sur son front tandis que sa paupière inférieure droite est secouée de tremblements incontrôlables. On comprendra sans difficulté que cette personne n’est pas disposée à contrôler ses pulsions lorsqu’elle tombe nez à nez avec un rampant, fût-il le dernier de la manche.

UN RAMPANT !!!

Nous sommes presque arrivés à la fin de ce classement, mais avant de nous séparer, il nous semble nécessaire, au professeur et à moi-même, de réserver la dixième et plus importante place de notre liste au pire danger de tout le mode Zombie de Call of Duty. Loin des poncifs du genre, il est pourtant celui qui inspire le plus de terreur à près de 89 % des personnes auprès desquelles a enquêté le professeur. Ce dernier préfère avertir directement quiconque aura lu cet article jusqu’ici que ce dernier paragraphe, s’il traite d’une menace relativement rare, n’invente rien de ce qu’il affirme et ne minimise pas le danger représenté. Y avoir affaire peut diminuer vos chances de survie de 95 %. Hardcore gamers confirmés et prêts à affronter ce qui les attend, poursuivez votre lecture aux risques et périls de vos parties. Les autres, passez votre chemin…

10) Spotty

Tout est dit.

Ne m'en veux pas, Spotty.

 

Merci, professeur Emdéhert. Nous vous sommes très reconnaissant pour ces conseils avisés, et nous espérons vous revoir très vite pour un autre cours d’emmerdologie. Au revoir et bonne chance pour votre thèse sur les SVU-AS avec silencieux du multijoueurs de Black Ops II.

 

Crédits : ND01 pour le texte et les images, sauf celles de Futurama et de l’Homme Invisible, piquées sur Google Image. Si vous plagiez, Dylan viendra dans votre lit ce soir pour vous proposer un duel de quickscopes.

Merci d'utiliser uniquement la chatbox pour la recherche de joueur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires

  • Avatar HackerGeneral

    Très très beau travail… Ca me fait plaisir de savoir que je fais parti de la Catégorie 9, juste avant l’Ultime danger…
    Spotty Godkiller de son nom de famille.

    J’ai lu récemment un article sur l’existante possible d’une Faille Inversée Spatio-Temporelle ( Pensez ce que vous voulez des initiales… Pour ceux qui auront compris.)
    Selon les journanalistes de Télé-Poche, Il n’y a pas de faute de frappe, cette Faille vous ferez arriver dans le monde préhistorique de KékéDyLand, ou la moyenne d’age n’excède pas 14 ans (La mortalité étant extrêmement élevé).
    Dans ce monde merveilleux, et je ne vous parle pas des BIsounours là…, existe un DIEU physique prénommé « EL’ConsoleDeJe » (Les KékéDyLANdoigts parlant avec un fort accent espagnol… On ne sais pas pourquoi… Comprennez ElleMeConsole… Et Oui car leur Monde est Affreux… Rempli de… Je sais pas en fait et je m’en fous….

    Mourrez Hordes de Zombies, KékéDyLANdoigts ne m’approchez pas, je mords et j’ai la grippe aviaire…

    Trés beau travail encore une fois…

    1. Avatar ND01Auteur

      J’ai lu le premier paragraphe, j’ai lu la dernière phrase, j’ai pas compris ce qu’il y a entre les deux ^^ L’adresse de ton dealeur, stp ?

      Merci quand même 😛

      1. Avatar HackerGeneral

        Je te laisse un lien lien modéré pour Faille Inversée Spatio-Temporelle… La vie est une drogue extrêmement puissante, a consommer avec modération.

        Edit Auberlu : ce genre de lien n’est pas autorisé, premier et dernier avertissement…